Les parents d’élèves de la classe de CP de Paroy (Doubs) ont blo­qué les cours pen­dant trois jours pour pro­tes­ter contre la nomi­na­tion d’une contrac­tuelle sans for­ma­tion adé­quate sur un poste d’enseignant, a-t-on appris ven­dredi auprès des intéressés.

Les parents de cette classe unique d’une ving­taine d’élèves ont annoncé la pour­suite du blo­cage dès lundi pro­chain, jusqu’au rem­pla­ce­ment de la contractuelle.

Le poste d’enseignant de la classe, qui fait par­tie d’un regrou­pe­ment péda­go­gique inter­com­mu­nal (RPI) de 10 com­munes, est orga­nisé avec deux mi-temps: l’un occupé par un ensei­gnant titu­laire, l’autre par l’agent contrac­tuel qui enseigne un mer­credi sur deux, ainsi que le jeudi et le ven­dredi, a indi­qué à l’AFP Hervé Décourcière, père d’un enfant de 6 ans sco­la­risé à Paroy.

“Nous dénon­çons le recru­te­ment d’une per­sonne qui n’a ni le sta­tut, ni la for­ma­tion de pro­fes­seur des écoles”, dit le père de famille, sou­li­gnant que les parents “s’opposent à son sta­tut, mais pas à sa personne”.

Mercredi et jeudi matin, ainsi que ven­dredi toute la jour­née, une ving­taine de parents et d’élus ont empê­ché “paci­fi­que­ment” l’agent contrac­tuel de ren­trer en classe avec ses élèves, relate M. Décourcière.

“Vendredi, nous nous sommes relayés entre parents pour occu­per les enfants, mais sans que la contrac­tuelle inter­vienne. Elle est res­tée au fond de la classe”, précise-t-il.

“Nous vou­lons une per­sonne qua­li­fiée, pour un ensei­gne­ment de qua­lité, qui plus est en CP, une année char­nière où on apprend l’écriture et la lec­ture”, conti­nue M. Décourcière.

“A priori c’est la pre­mière fois qu’elle enseigne. On ne connait pas son cur­sus, si ce n’est qu’elle a un bagage uni­ver­si­taire. Mais pour nous ça ne rem­place pas une vraie formation.”

Les parents sont par ailleurs “inquiets” car dans cette classe unique de RPI, l’agent “est seule, sans col­lègue pour la seconder”.

L’inspection d’académie du Doubs n’était pas joi­gnable vendredi.

Source