En novembre dernier, la ministre Najat Vallaud-Belkacem présentait la modernisation des métiers de l’Éducation nationale, une réforme articulée autour de 3 axes forts : l’ensemble des métiers évolue ; des mesures concrètes inscrites au budget de l’Éducation nationale ; éducation prioritaire : de nouveaux moyens pour exercer ses missions. Plusieurs métiers de l’éducation nationale ont ainsi été “repensés” – en modernisant notamment leurs missions et en améliorant leurs conditions d’exercice ou la revalorisation financière ; c’est le cas pour la fonction de chef de travaux. En cette rentrée plus que jamais, il faut se faire aux changements majeurs de “ces proches collaborateurs des chefs d’établissement qui les conseillent pour l’organisation des enseignements, pour le choix, l’installation et l’utilisation des équipements pédagogiques. [Les chefs de travaux] interviennent également dans la construction des relations extérieures de l’établissement, notamment avec les entreprises. Ils jouent ainsi un rôle clé dans le rapprochement entre l’école et les entreprises”, indique le ministère, qui avait pour ambition de renforcer la place que les chefs de travaux occupent dans les voies technologique et professionnelle des lycées.

Les principales décisions :

? Reconnaître la responsabilité et le positionnement des chefs de travaux en remplaçant la dénomination actuelle par une nouvelle dénomination : « directeur délégué aux enseignements technologiques et professionnels ».

? Revaloriser, afin de reconnaître leur responsabilité, le régime indemnitaire des chefs de travaux via une augmentation de 2 600 € de l’indemnité de responsabilité pour chaque niveau d’attribution (sections de plus de 1 000 élèves, sections comprises entre 400 et 1 000 élèves et sections de moins de 400 élèves).

? En contrepartie, mettre fin aux mécanismes locaux de rémunération par les heures supplémentaires d’enseignement, dans un souci de transparence et d’équité.

? Améliorer les perspectives de carrière des chefs de travaux, via l’accessibilité à la fonction au nouveau grade à accès fonctionnel.

? Reconnaître la fonction d’assistant chef de travaux via la définition des missions relatives à cette fonction, dans une nouvelle circulaire.