Brandi durant la course à l’Elysée, ce concept « fourre-tout » revêt des sens différents d’un candidat à l’autre. Ainsi qu’aux oreilles des enseignants.

C’est l’un de ces « mots-valises », disent les observateurs des débats sur l’école, que l’on voit rebondir à chaque élection présidentielle. Un concept « fourre-tout » invoqué comme l’un des remèdes aux maux du système éducatif, même s’il recouvre, d’un candidat à l’autre, des interprétations très diverses. En la matière, la campagne de 2017 n’a pas fait exception.

lire la suite