Un décret publié au Journal officiel du 29 juin publie le nouveau statut des AVS qui deviennent des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH).

 

Les AESH bénéficient enfin d’un contrat à durée indéterminé. Leur niveau de recrutement est précisé comme “titulaire d’un diplôme professionnel dans le domaine de l’aide à la personne”. L’expérience professionnelle d’au moins deux ans peut dispenser du diplôme. Leur rémunération est fixée par un arrêté entre le Smic et l’indice brut 400. Un autre arrêté fixe les conditions de leur promotion à la suite d’un entretien professionnel passé avec l’IEN ou le chef d’établissement. Portant notamment sur “leur implication dans l’actualisation de ses connaissances professionnelles”, “la connaissance de l’environnement professionnel”, “le sens du service public” et “la capacité d’expression orale”, cette évaluation est plus exigeante que celle des enseignants…

 

Ces textes sont l’aboutissement de plusieurs années de combat des associations de parents d’enfants handicapés. Lors du dernier Grenelle du handicap, en 2013, Sophie Cluzel, présidente de la Fnaspeh, se demandait “à quoi a servi le groupe de travail sur la professionnalisation des Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) ?” C’était juste avant la publication du rapport Komites qui a fait des recommandations sur la professionnalisation des AVS. Avec ce décret, le gouvernement remplit enfin une promesse de F Hollande. Le texte va mettre fin par étape à la situation scandaleuse qui consiste à confier uen tache particulièrement difficile et utile à des personnes non formées, mal payées et licenciées dès qu’elles maitrisent leur métier.

 

Le décret

Arrêté rémunération

Arrêté entretien prof

Le Grenelle du handicap 2012

Source