C’est une première victoire pour le Conseil National de la Montagne. Les élus s’étaient plaints à la ministre du calendrier de vacances de printemps qui débordait en mai. Un “détail” qui coûterait aux stations de ski 3% de leur chiffre d’affaires.

  • Par Linh-Lan Dao
  • Publié le 10/02/2015 | 18:30, mis à jour le 10/02/2015 | 21:43
© France télévisions
© France télévisions
Les professionnels du tourisme alpin ont de quoi se réjouir! En effet, le calendrier actuel des vacances de printemps n’est pas très favorable aux finances des stations ski. Cela devrait bientôt changer, sous la houlette du ministère de l’Education Nationale.

Pour 2015, zone B, les vacances s’étendent du samedi 25 avril au lundi 11 mai. Pour la zone C (Bordeaux, Créteil, Paris, Versailles), du samedi 18 avril 2015 au lundi 4 mai 2015. Difficile quand on sait qu’au mois de mai, il n’y a plus de neige en station!

Moins 3% de chiffres d’affaire pour les stations, et des saisonniers au chômage

Joël Giraud, député PRG des Hautes-Alpes et président de la commission permanente du Conseil National de la Montagne, a interpellé Najat Vallaud-Belkacem le 25 novembre dernier. Aux côté d’autres élus locaux, il a expliqué à la ministre que le calendrier faisait perdre aux stations de ski 3% de leur chiffre d’affaire, générant un chômage allongé pour les saisonniers.

Ce mardi, la ministre de l’Education Nationale a déclaré “intégrer dans la refonte du calendrier scolaire d’autres réflexions, comme celles sur les vacances de printemps, sur lesquelles, c’est vrai, les élus de la montagne ont régulièrement évoqué des contraintes nombreuses qui affectent les stations de ski”.

Joël Giraud se réjouit de cette annonce, qui “tout en respectant les rythmes de l’enfant permettront à la France de continuer à être la première nation du monde en termes d’économie touristique, surtout en montagne”.

  •  Conseil national de la montagne

Le Conseil national de la montagne (CNM) a été instauré en France par la Loi montagne de 1985. Il est présidé par le Premier ministre français ou, par délégation par le ministre chargé de l’aménagement du territoire.

Le Conseil national de la montagne est le lieu d’expression des acteurs de la montagne sur l’évolution de la politique nationale de la montagne. Son rôle est de définir et porter les objectifs, ainsi que de préciser les actions qu’il juge souhaitables pour le développement, l’aménagement et la protection de la montagne.

Il regroupe 59 membres : parlementaires, représentants d’organismes publics et des comités de massifs.
Lors de la séance plénière du 4 novembre 2009, le Premier ministre a installé la commission permanente, composée de 17 membres, dont un élu parlementaire de chaque massif.
En 2013, le Conseil rassemble 6.000 communes de 42 départements et 10 régions différents, sur 29 % du territoire national avec un total de 8 millions d’habitants.

(Source: Wikipédia)

 

Source