Sondage : résultats il est temps d’agir

Articles Connexes

Incroyable !

Alors que Gabriel ATTAL avait annoncé en décembre dernier vouloir donner le dernier mot aux équipes pédagogiques en matière de redoublement afin de « respecter l’expertise des professeurs » – mesure de bon sens que nous avions réclamée lors de notre audition par la mission « Exigence des savoirs » – presque toutes les organisations syndicales ont voté contre !

Harcèlement et empathie

La France a fait le choix de traiter le harcèlement scolaire par la voie de la thérapie par la parole. On organise des tables rondes, des ateliers divers visant à « libérer la parole » et avec elle, les souffrances accumulées. On nomme des ambassadeurs parmi les élèves en inscrivant dans les esprits que c’est d’abord à eux de traiter leurs différends, en acceptant d’en discuter. L’adulte encadre, observe, mais ne se mouille pas trop. Plusieurs aspects méritent commentaire.

Groupes de niveau : tout à revoir !

Loin de ces « groupes de niveau » qui vont faire exploser le groupe-classe et compliquer l’organisation des enseignements, ce que veulent vraiment les collègues sur le terrain, ce sont des classes où l’on peut travailler et, là où les élèves sont davantage en difficultés, des conditions de travail plus adaptées aux besoins, à commencer par des effectifs moindres. [Déclaration au CSE du 8 février 2024]

Reconstruire l’école

L’annonce, en décembre dernier, d’une série de mesures destinées à produire un « choc des savoirs », en dépit de l’inélégance d’une telle formule, nous a fait espérer que nous avions enfin un ministre de l’éducation capable de prendre à bras le corps les problèmes. Hélas, les premières mesures concrètes censées produire ce « choc des savoirs » sont très décevantes et, en guise de « choc », nous n’avons pour l’instant à faire qu’à un « pschitt ». [Déclaration au CSE – 31 janvier 2024]