Lettre d’info n°60 [Spécial élections professionnelles] – Mal-être dans l’Éducation nationale

Lettre d’information n°60 – 3 novembre 2022 Spécial élections professionnelles 2022

C’est maintenant qu’il faut faire le bon choix !

Nous allons bientôt voter pour désigner nos représentants dans les instances du dialogue social : comités sociaux d’administration (CSA), commissions paritaires (CAP) et commissions consultatives paritaires (CCP). 

 

Lors des dernières élections en 2018, plus de la moitié d’entre nous n’a pas voté ! Beaucoup ne croient plus au pouvoir de leur bulletin, beaucoup sont lassés par des syndicats à qui ils attribuent, non sans raison, une responsabilité dans l’état présent de l’institution, et beaucoup finissent par se résigner en pensant que les choses vont encore se dégrader dans les prochaines années sans qu’on n’y puisse rien.

 

Action & Démocratie offre une véritable alternative à l’impuissance, à l’inefficacité et la morosité. Pourquoi ? Parce que nous ne mêlons pas le syndicalisme à la politique. Parce que nous ne nous contentons pas d’apposer notre logo à un tract intersyndical pour se donner l’illusion qu’on existe ni d’appeler à des grèves sans lendemain pour se donner l’impression qu’on agit. Parce que nous préférons mobiliser nos moyens au service de la défense réelle des personnels dont les conditions de travail ne cessent de se dégrader dans l’indifférence générale. Ce que nous faisons au plan individuel, en reprenant souvent des dossiers et résolvant des situations là où d’autres ont auparavant jeté l’éponge ; ce que nous faisons aussi au plan collectif, en n’hésitant pas à porter devant le Conseil d’État les réformes contestées par la profession tout comme à faire entendre avec force les préoccupations de celle-ci au Conseil supérieur de l’éducation.

 

Notre ligne est parfaitement claire à chacune de nos interventions où que ce soit : nous nous battons uniquement pour retrouver dans ce pays une école digne de ce nom, une école dont la mission soit d’instruire et dont les personnels qui la font vivre soient respectés et convenablement rémunérés. Respectés par les élèves et leur famille bien sûr ; mais respectés par l’employeur également. Et si d’autres syndicats avaient été capables de défendre les principes qui fondent l’école républicaine et l’autorité des maîtres avec clarté et efficacité, nous n’en serions pas là aujourd’hui.

 

Entre le 1er et le 8 décembre, vous avez la possibilité d’agir pour inverser la tendance. Prenez le temps de comparer les revendications, les votes, les discours et les actes des uns et des autres ! Donnez de la force à votre voix ! Faites le choix de l’efficacité et le pari de l’intelligence ! Votez pour Action & Démocratie afin que les choses bougent enfin à l’Éducation nationale ! 

Actus
 

Reconstruire l’école : une urgence

 
Après des décennies de réformes insensées menées à la hussarde, l’école de la République est en piètre état, et le moral des personnels au plus bas. On ne peut plus continuer ainsi. Agissons pour retrouver une école qui instruise, des enseignants et des personnels qui soient enfin respectés et convenablement rémunérés.
Les prochaines années seront cruciales pour l’avenir de l’école républicaine. Non seulement parce que le ministère entend bien poursuivre et accélérer sa destruction, qu’il appelle pudiquement « transformation », mais aussi parce des élections auront lieu en décembre qui vont donner à toute la profession, après quatre années supplémentaires de perdues, l’occasion de renouveler enfin les instances du dialogue social. Ces instances ont été profondément modifiées par la loi de transformation de la fonction publique adoptée en 2019, dans le silence assourdissant des syndicats actuellement majoritaires qui ont pourtant perdu dans l’opération leur principal argument de vente auprès des collègues. En effet, le nombre des commissions paritaires a été considérablement réduit, et leurs compétences aussi. Plus de commission paritaire par corps. Plus de commission paritaire nationale sauf pour certains. La gestion des ressources humaines est entièrement académique, avec tous les risques que cela entraîne. Quant à votre mutation, votre avancement ou votre promotion, ils n’en relèvent plus et échappent ainsi à tout contrôle a priori. Ils sont désormais entièrement aux mains d’une administration qui agit en application de règles qu’elle décide seule et qu’elle seule connait. L’opacité a remplacé la transparence, et l’arbitraire suivra inévitablement. C’est une raison supplémentaire pour se syndiquer, mais ce n’est pas la seule.
 
En savoir plus
 

Mal-être dans l’éducation nationale

 
Le baromètre du climat scolaire publié par l’Autonome de solidarité laïque et celui du bien-être au travail publié par le MEN ne laissent plus aucun doute sur l’ampleur et la profondeur des dégâts causés par la dégradation continue des conditions de travail dans l’EN.
Les informations qui ressortent de ces deux grandes enquêtes sont en effet alarmantes. Elles révèlent que 20% des personnels, toutes catégories confondues, déclarent avoir été victimes de harcèlement au cours de l’année scolaire 2021-2022 ; que près d’un tiers travaillent dans des établissements où la violence est fréquente ; que plus de 40% affirment avoir été injuriés, essentiellement par des élèves (73%) mais aussi par des parents d’élèves (17%) et parfois même par d’autres personnels. Par ailleurs, sur une échelle allant de 0 à 10, le niveau moyen déclaré d’épuisement professionnel atteint 6,8. Un chiffre qui monte à 7,1 dans le 1er degré et qui culmine à 7,6 pour les directeurs d’écoles partiellement déchargés. A contrario, sur la même échelle, le niveau de satisfaction n’est que de 4,9 pour les conditions de travail et il chute à 3,4 pour les rémunérations et à 3,1 pour les perspectives de carrières. Enfin, 78% des personnels déclarent ne pas se sentir respectés par leur hiérarchie dès lors que celle-ci est située hors de leur établissement. Il n’est dès lors pas surprenant d’apprendre que 32,7% des personnels affirment éprouver de l’appréhension avant de prendre leur service, alors qu’ils n’étaient « que » 20,9% dans ce cas en 2013, et que 75,5% déclarent avoir déjà songé à quitter leur métier parmi lesquels 36% disent y avoir songé souvent…
 
En savoir plus
 

Nous faisons avancer les droits de tous

 
Retour sur notre victoire auprès du Conseil d’État et du Conseil constitutionnel.
Il y a un an, la circulaire fixant les lignes directrices de gestion ministérielles relatives à la mobilité des personnels imposait aux agents contestant une décision de ne pouvoir être assistés que par une organisation syndicale dite « représentative ». Action & Démocratie a demandé et obtenu que le Conseil d’État déclare illégal un tel monopole donné à certains syndicats et interdisant aux adhérents d’une organisation « non-représentative » d’être assistés par leur propre syndicat ! Cette disposition stupéfiante permettait à des syndicats « représentatifs » (au sens de la loi) de faire croire aux collègues qu’ils étaient incontournables pour les accompagner dans leur mobilité et leur carrière alors même que la loi de 2019 ôtait ces compétences aux CAP. Les choses ont été remises en place, et le Conseil constitutionnel, saisi par Action & Démocratie, a déclaré cette disposition, présente dans la loi de 2019, contraire à la Constitution. Il s’agit d’une victoire du droit sur le fait dont nous sommes fiers car elle bénéficie à tous les syndicats et tous les agents de la fonction publique.
 
En savoir plus
 

Brève histoire d’Action & Démocratie

 
En savoir plus sur Action & Démocratie, un syndicat neuf aux valeurs fortes, une voix différente qui fait le pari de l’intelligence, un antidote à la morosité pour faire renaître l’espoir.
Depuis quelques années, vous avez vu apparaître dans le paysage syndical une nouvelle organisation qui proclame fièrement ses valeurs dans son nom : Action & Démocratie. Fruit d’une scission au sein du SNETAA en 2010, la décision de créer une nouvelle organisation fut prise après avoir fait le constat qu’aucun syndicat existant ne présentait les garanties de neutralité politique auxquelles nous étions attachés ni n’était capable de relayer fidèlement la parole et les aspirations de la grande majorité des collègues. Il fallait donc se résoudre à créer une organisation au service de ceux du terrain et n’ayant de compte à rendre qu’à ses adhérents, ce qui sera la marque de fabrique d’Action & Démocratie de sa naissance jusqu’à nos jours.
 
En savoir plus
 

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Articles connexes

Rebattons les cartes !

Élections professionnelles 2022 : Avec Action & Démocratie, rebattons les cartes !   Version imprimable   Jusqu’où et jusqu’à quand notre patience sera-t-elle abusée ? Les salles des professeurs et les réseaux sociaux sont remplis par nos  lamentations, nos colères, nos frustrations, et pourtant rien ne change. Le niveau de nos élèves est toujours plus

Lettre d’info n°60 [Spécial élections professionnelles] – Mal-être dans l’Éducation nationale

Lettre d’information n°60 – 3 novembre 2022 Spécial élections professionnelles 2022 C’est maintenant qu’il faut faire le bon choix ! Nous allons bientôt voter pour désigner nos représentants dans les instances du dialogue social : comités sociaux d’administration (CSA), commissions paritaires (CAP) et commissions consultatives paritaires (CCP).    Lors des dernières élections en 2018, plus de la moitié

Lettre d’info n° 59 [Spécial élections professionnelles] Changer de cap avec A&D !

Lettre d’information n°59 – 28 octobre 2022 Spécial élections professionnelles 2022 Du 1er au 8 décembre, agissons ensemble pour reconstruire l’école et défendre vraiment nos métiers ! Votons Action & Démocratie   Nous allons bientôt voter pour désigner nos représentants dans les instances du dialogue social : comités sociaux d’administration (CSA), commissions paritaires (CAP) et