Archives par mot-clé : cap

Conseil Supérieur de l’Education du 21 Mars 2019

Conseil supérieur de l’éducation

Séance du 21 mars 2019

Déclaration préalable de ACTION & DEMOCRATIE / CFE-CGC

Monsieur le ministre,

En l’intervalle de quelques jours seulement, nous apprenons que des professeurs qui manifestaient devant les grilles d’un rectorat ont été aspergés de gaz et violentés par des policiers, puis qu’un professeur des écoles à l’excellente réputation se suicidait après avoir été abusivement mis en cause par des parents d’élève hystériques sans pouvoir compter sur le soutien de sa hiérarchie.

Ces faits n’ont bien entendu aucun rapport, si ce n’est cependant que dans les deux cas des professeurs, jadis respectés en tant que piliers de la République, sont aujourd’hui maltraités, méprisés par les autorités et hélas pour la plupart résignés. Comment en est-on arrivé là ? Posez-vous, monsieur le ministre, la question ! Posons-nous sérieusement et honnêtement la question, mesdames et messieurs, chers collègues !

Nous récusons les amalgames aussi bien que les raccourcis de toute sorte, mais cela ne nous empêche pas, bien au contraire, de dénoncer ici et une fois de plus avec force le scandale d’une profession méprisée – oui, méprisée ! – et de personnels placés dans des situations perverses par une institution qui tourne le dos à ses devoirs et ses repères dans une société elle-même à la dérive de ce point de vue.

Ce ministère ne peut décidément continuer à échapper à la remise en question générale dont le grand débat national s’efforce contradictoirement d’être un cadre en même temps qu’un étouffoir. A l’échelle de l’éducation nationale, qu’en est-il donc du débat ? Qu’en est-il du dialogue dit social ? Qu’en est-il surtout de la simple considération que le ministère doit aux personnels, lui qui se montre ordinairement si soucieux des « usagers » et du moindre de leurs caprices ?

Les textes fixant les programmes des classes de seconde de l’enseignement général en lycée professionnel qui figurent à l’ordre du jour de cette séance offrent un nouvel exemple de ce qu’il convient d’appeler une comédie, et dont le dernier acte est la consultation du Conseil supérieur de l’éducation sur des programmes qui constituent eux-mêmes la dernière touche de la mise en œuvre d’une réforme dont personne ici même ne veut en l’état.

Monsieur le ministre, mieux vaut ne pas consulter du tout que conduire une consultation fantôme pour une école fantôme. Vous prétendez avoir consulté les professeurs sur ces programmes, mais qui peut prendre au sérieux une consultation se déroulant en pleine vacances d’hiver ? Qui peut prendre au sérieux une consultation débutant le 18 février et s’achevant le 6 mars concernant des programmes présentés le 12 mars en commission spécialisée, comme si en six jours, dimanche inclus, on allait vraiment tenir compte des réponses qu’on a fait semblant de solliciter et qu’on n’est pas capable en réalité de recueillir ni d’exploiter ? Le message que ce simulacre de consultation envoie à la profession est simple : on vous donne la parole, mais on n’a nullement l’intention d’en tenir compte. En d’autres termes : votre parole, professeurs, ne vaut rien !

Il n’est pas normal à nos yeux que, alors que le corps des professeurs de lycée professionnel compte 60000 collègues, la DGESCO constate et semble se féliciter que seulement 8300 téléchargements de programmes aient été effectués et 2435 réponses comptabilisées : pense-t-on sérieusement que les professeurs concernés ne sont que … 4% à s’intéresser à leur métier ?

Enfin, et telle une cerise trop cuite posée sur ce mauvais gâteau, allez-vous, comme vous l’avez fait pour les programmes de première de la voie générale et technologique, rendre publics le bilan de votre « consultation » trois mois après que les programmes aient été fixés par les arrêtés présentés aujourd’hui et publiés au bulletin officiel ?

Pour ces raisons et comme nous l’avons annoncé en commission spécialisée des 12 et 13 mars dernier, la CFE-CGC mandatée par son principal syndicat de l’éducation, Action & Démocratie, n’entend pas cautionner par sa présence une consultation aussi vaine que fictive et quittera donc la séance d’aujourd’hui dès après l’examen et la discussion des textes constituants les points 1 et 2 de l’ordre du jour.

Fonction publique : Le projet de loi dynamite les droits des fonctionnaires

source : le cafe pedagogique

Bien que largement rejeté, le projet de loi de transformation de la Fonction publique devrait être voté avant l’été. Le 15 mars, les syndicats de fonctionnaires ont voté unanimement contre le projet de loi  de transformation de la Fonction publique lors d’un conseil commun de la Fonction publique (CCFP). Ce vote unanime donne une idée de la révolution qu’apporte ce texte qui impose une gestion libérale des agents de la Fonction publique. Ceux ci dépendront dorénavant de leur “manager” local sans que des commissions paritaires puissent controler ses actes. Le projet de loi gouvernemental revient sur le paritarisme en supprimant les CHSCT. Il réduit fortement les compétences des commissions administratives paritaires (CAP). Celles ci n’auront plus leur mot à dire matière de mutation et d’avancement. Face aux nouveaux pouvoirs des “managers”, aussi bien pour le recrutement que pour la gestion des carrières et la discipline, les agents devront porter seuls leur réclamation devant la juridiction administrative. Enfin le texte banalise le recours aux contractuels pour tous les niveaux de la Fonction publique. Bientôt des chefs d’établissement et des Dasen contractuels ?

suite

Salaires, retraites, ENA: les pistes pour réformer le statut des hauts fonctionnaires

source : le figaro

Le secrétaire d’État présentera très prochainement son projet de réforme de la fonction publique en Conseil des ministres.

Le temps presse. À moins de deux semaines de sa présentation en conseil des ministres, prévue le 27 mars, le projet de réforme de la fonction publique continue de se muscler. Ce vendredi, «jusque tard dans la nuit», confie-t-on au Figaro, 300 amendements auront été débattus à Bercy dans le cadre du Conseil commun de la fonction publique (CCFP). Présidé par Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, celui-ci réunit ce jour huit des neuf fédérations de fonctionnaires, qui avaient boycotté la précédente réunion du 13 mars. Le cap du gouvernement est clair: faire valider cette loi avant la fin de la session parlementaire, fin juin.

suite

Loi sur «l’école de la confiance»: Quels sujets font le plus polémique à l’Assemblée?

source : 20 minutes

  • Le projet de loi Blanquer est en débat à l’Assemblée depuis lundi et suscite de vives réactions.
  • Parmi les sujets les plus polémiques : la présence du drapeau obligatoire dans les classes, les conséquences financières de l’instruction obligatoire dès trois ans, les mesures jugées insuffisantes concernant le recrutement des accompagnants d’élèves handicapés…

suite

Les publications du Conseil supérieur des programmes (CSP)

Élaboration des projets de programme des enseignements généraux du nouveau lycée professionnel
programmes – contenus des enseignements  – Publication du CSP – 19/11/2018

À partir de la rentrée 2019, une nouvelle voie professionnelle sera proposée aux élèves. Cette transformation a été souhaitée par le ministre de l’Éducation nationale à la suite de la remise du rapport “La voie professionnelle scolaire : viser l’excellence” de Céline Calvez, députée des Hauts-de-Seine et de Régis Marcon, cuisinier restaurateur 3 étoiles, le 22 février 2018. Dans ce cadre, par une lettre de saisine en date du 12 septembre 2018, le ministre de l’Éducation nationale demande au CSP d’élaborer de nouveaux projets de programme pour les enseignements généraux de la voie professionnelle.

Téléchargez la lettre de saisine pour l’élaboration des projets de programme de l’enseignement général de la nouvelle voie professionnelle – 12 septembre 2018

Constitution et pilotage des groupes d’élaboration des projets de programme (GEPP) pour les enseignements généraux du nouveau lycée professionnel

Afin de répondre à cette demande, le CSP a missionné onze groupes d’experts, soit près de cent personnes, notamment des professeurs exerçant en lycées professionnels ou polyvalents, des inspecteurs – des inspecteurs généraux de l’Éducation nationale (IGEN), des inspecteurs de l’Éducation nationale (IEN) et des inspecteurs  d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux (IA-IPR). Les groupes se sont désormais engagés dans la réflexion pour élaborer des projets pour les enseignements suivants : les arts appliqués et cultures artistiques, l’économie-droit, l’économie-gestion, l’éducation physique et sportive, l’enseignement moral et civique, le français, l’histoire-géographie, les langues vivantes étrangères, les mathématiques, la physique-chimie et la prévention-santé-environnement.

En amont, les membres du CSP se sont entretenus avec les pilotes des groupes d’experts lors d’une audience, le 9 novembre 2018, afin de rappeler les principes et les modalités de travail fixés par le Conseil pour garantir la qualité des travaux et la liberté d’expression de l’ensemble des experts missionnés. Ces critères et exigences sont rappelés dans une note d’orientation de novembre 2018.

Téléchargez la note d’orientation à destination des groupes d’élaboration des projets de programme – Novembre 2018.
Téléchargez la composition des groupes d’élaboration des projets de programme pour la voie professionnelle – Décembre 2018.
Téléchargez la note de préconisations à destination des groupes d’élaboration des projets de programme – Décembre 2018.

Ces projets de programme concernent, dans un premier temps, la classe de seconde professionnelle et les classes préparatoires au certificat d’aptitude professionnelle (CAP) qui entreront en vigueur à la rentrée 2019. Le CSP les remettra au ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse au premier trimestre 2019 et les publiera en ligne sur le site web du ministère au fur et à mesure des séances d’examen et de vote.
Les projets de programme relatifs à la classe de première et à la classe terminale seront élaborés ultérieurement au cours de l’année 2019.

Projets de programme des enseignements généraux du nouveau lycée professionnel

Les projets de programme votés par le Conseil supérieur des programmes sont publiés progressivement durant le mois de février 2019, au fur et à mesure des séances de vote.

Baccalauréat professionnel

Téléchargez les projets de programme

Arts appliqués et cultures artistiques (2de, 1e, Tle du bac pro)
Économie – droit (2de, 1e, Tle du bac pro)
Économie – gestion (2de, 1e, Tle du bac pro)
Éducation physique et sportive (2de, 1e, Tle du bac pro et CAP)
Enseignement moral et civique (2de professionnelle) 
Français (2de professionnelle)  
Histoire-géographie (2de professionnelle)
Langues vivantes A et B (2de, 1e, Tle du bac pro et CAP)
Mathématiques (2de professionnelle)   
Physique-chimie (2de professionnelle)  
Prévention-santé-environnement (2de professionnelle)

Classes préparatoires au certificat d’aptitude professionnelle (CAP)

Téléchargez les projets de programme

Arts appliqués et cultures artistiques (CAP)
Éducation physique et sportive (2de, 1e, Tle du bac pro et CAP)
Enseignement moral et civique (CAP)   
Français (CAP)
Histoire-géographie (CAP)
Langues vivantes A et B (2de, 1e, Tle du bac pro et CAP)
Mathématiques (CAP)
Physique-chimie (CAP)
Prévention-santé-environnement (CAP)

Propositions des GEPP pour l’évaluation en CAP et/ou au baccalauréat professionnel

Les propositions des groupes d’experts pour l’évaluation en CAP et/ou au baccalauréat professionnel relèvent de leur responsabilité. Ces propositions ont été présentées aux membres du CSP, mais n’ont pas fait l’objet d’un vote en séance.

Téléchargez les propositions relatives aux épreuves d’examen en classes préparatoires au CAP

Arts appliqués et cultures artistiques (CAP)
Économie – droit (2de, 1e, Tle du bac pro)
Économie – gestion (2de, 1e, Tle du bac pro)
Éducation physique et sportive (CAP et 2de, 1e, Tle du bac pro)
Français (CAP)
Histoire-géographie et enseignement moral et civique (CAP)
Langues vivantes A et B (CAP et 2de, 1e, Tle du bac pro)
Mathématiques – Physique-chimie (CAP)
Prévention-santé-environnement (CAP)

Nouvelles grilles horaires du CAP publiées au BO –

Certificat d’aptitude professionnelle

Organisation et enseignements dispensés dans les formations sous statut scolaire préparant au CAP

NOR : MENE1831833A
arrêté du 21-11-2018 – J.O. du 20-12-2018
MENJ – DGESCO A2-2

Vu Code de l’éducation, notamment son article D. 337-4 ; avis de la formation interprofessionnelle du 13-11-2018 ; avis du CSE du 10-10-2018

Article 1 – La liste et les horaires des enseignements professionnels et généraux obligatoires dispensés à tous les élèves dans les formations sous statut scolaire conduisant à la délivrance du certificat d’aptitude professionnelle sont fixés conformément au tableau figurant en annexe du présent arrêté.

Des enseignements facultatifs peuvent être proposés aux élèves.

 

Article 2 – Les enseignements obligatoires comprennent des enseignements professionnels, des enseignements généraux et un volume horaire dédié à la consolidation des acquis, à l’accompagnement personnalisé et à l’accompagnement au choix d’orientation, qui concerne tous les élèves selon leurs besoins. Il peut s’agir de soutien, d’aide individualisée, de tutorat, d’aide à la poursuite d’études ou de tout autre mode de prise en charge.

 

Article 3 – La durée totale des périodes de formation en milieu professionnel est de douze à quatorze semaines, en fonction de la durée fixée par l’arrêté de création de la spécialité.

La répartition de ces périodes dans l’année scolaire relève de l’autonomie des établissements, de même que la modulation du nombre de semaines pour chaque année, dans le respect de la durée totale sur le cycle prévue pour chaque spécialité. Cette modulation n’a pas d’effet sur le nombre d’heures d’enseignement fixées en annexe.

 

Article 4 – Les heures de co-intervention inscrites en annexe sont assurées par le professeur d’enseignement professionnel conjointement avec le professeur enseignant le français ou le professeur enseignant les mathématiques, selon le cas.

La réalisation d’un chef d’œuvre par les élèves est assurée dans un cadre pluridisciplinaire.

 

Article 5 – Pour chaque élève, le volume des enseignements et des activités encadrées ne doit pas excéder huit heures par jour et trente-cinq heures par semaine.

 

Article 6 – Les enseignements peuvent être dispensés en classe entière ou en groupe à effectif réduit.

Le tableau mentionné à l’article 1 indique, par matière, le volume horaire donnant lieu au dédoublement de la dotation horaire professeur, lorsque les effectifs suivants sont atteints :

– à partir du 18e élève : français et histoire-géographie, mathématiques, activités de laboratoire en physique-chimie, prévention-santé-environnement, arts appliqués et culture artistique, enseignement moral et civique, ainsi qu’en consolidation des acquis, accompagnement personnalisé et accompagnement au choix d’orientation ;

– à partir du 16e élève : langue vivante, enseignement professionnel, à l’exception des spécialités de l’hôtellerie-restauration, de l’alimentation, de l’automobile et de la conduite ;

– à partir du 13e élève : enseignement professionnel des spécialités de l’hôtellerie-restauration et de l’alimentation ;

– à partir du 11e élève : enseignement professionnel des spécialités de l’automobile ;

– à partir du 6e élève : enseignement professionnel des spécialités de la conduite.

Pour la réalisation du chef d’œuvre, la dotation horaire professeur est égale au double du volume horaire élève.

 

Article 7 – Lorsque la préparation du diplôme est effectuée sur une durée du cycle de un an ou de trois ans, les volumes horaires et leur répartition sont à adapter aux besoins des élèves, dans le cadre du projet d’établissement.

Lorsque la durée du cycle est de un an, le nombre minimal de semaines de périodes de formation en milieu professionnel est de cinq semaines.

 

Article 8 – Le présent arrêté est applicable dans les îles Wallis et Futuna.

 

Article 9 – Les dispositions du présent arrêté prennent effet à compter de la rentrée de l’année scolaire 2019-2020 pour tous les effectifs entrant en première année et de la rentrée de l’année scolaire 2020-2021 pour tous les effectifs entrant en deuxième année.

 

Article 10 – L’arrêté du 24 avril 2002 relatif à l’organisation et aux horaires d’enseignements dispensés dans les formations sous statut scolaire préparant aux certificats d’aptitude professionnelle est abrogé à l’issue de l’année scolaire 2019-2020. Ses dispositions sont applicables aux classes de deuxième année en 2019-2020.

 

Article 11 – Le directeur général de l’enseignement scolaire et les recteurs d’académie sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

 

Fait le 21 novembre 2018

Pour le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et par délégation,
Le directeur général de l’enseignement scolaire,
Jean-Marc Huart

Annexe

Volume horaire de référence correspondant à une durée de 55 semaines d’enseignement, 14 semaines de PFMP et 3 semaines d’examen

Enseignants du second degré en Nouvelle-Calédonie pour la rentrée scolaire australe de février 2019

Les vacances de poste suivantes concernent des postes au mouvement spécifique d’enseignants du second degré à pourvoir en Nouvelle-Calédonie à compter de février 2019 (republication d’avis de vacances de postes infructueux suite à leur première publication)

Voir « liste des postes »

 

Modalités de dépôt des candidatures :

Les dossiers de candidatures revêtus de l’avis du chef d’établissement, devront obligatoirement être  transmis au vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie au plus tard dans les trois semaines qui suivent la date de la présente publication.

 

Ils devront être accompagnés des pièces suivantes en un seul pdf :

– lettre de motivation ;

– curriculum vitæ ;

– copie des deux derniers rapports d’inspection ;

– copie des deux dernières notices annuelles de notation administrative.

 

Cet envoi devra être transmis par courriel à l’adresse suivante : ce.dp@ac-noumea.nc en précisant en objet : « Mouvement spécifique RS 2019 – Nom Prénom – Discipline »

Postes spécifiques à pourvoir
Rentrée scolaire 2019 – Nouvelle-Calédonie

Établissement Corps Discipline Profil
Lapérouse Certifié (1 poste) L8018 Les candidats devront avoir une expérience significative de la formation et des épreuves certificatives en BTS Commerce International. Le service confié est susceptible de concerner les enseignements professionnels (étude et veille, informatique commerciale, prospection, négociation, gestion des opérations import export), mais aussi les enseignements d’économie-droit-management
Lapérouse Certifié ou Agrégé
(1 poste)
DDFPT Poste de directeur délégué aux formations technologiques et professionnelles (DDFPT). L’intéressé(e) devra avoir une expérience significative dans la fonction et une bonne connaissance des formations post-bac du tertiaire (8 BTS)
LGN Agrégé (1 poste) Économie-Gestion : L8012 Poste d’agrégé d’économie-gestion  option comptabilité et finance pour enseigner  la comptabilité et la fiscalité en DCG. Le candidat devra avoir une expérience significative  dans l’enseignement en DCG.
LPCH Certifié ou Agrégé ou PLP
(1 poste)
DDFPT Poste de directeur délégué aux formations technologique et professionnelles (DDFPT) en hôtellerie-restauration. Le candidat aura une expérience significative de DDFPT dans le secteur hôtelier, pour prendre en charge le pilotage des formations professionnelles et technologiques du CAP au BTS.

 

Annexe

Dossier de candidature

La réforme de l’enseignement professionnel publiée au JO

source : le café pédagogique

Deux arrêtés publiés au journal officiel du 20 décembre organisent les enseignements en CAP et bac professionnel à compter de la rentrée 2019. La réforme diminue le volume d’enseignement aussi bien pour le professionnel que pour l’enseignement général. La formation professionnelle est amputée en bac pro,  la moitié de l’année de seconde étant consacrée à un vague méli mélo sur l’entreprise. Cela ramène le bac pro à deux années de préparation seulement réduisant les chances d’insertion professionnelle. La baisse des enseignements généraux va justifier le blocage de l’entrée dans le supérieur des bacheliers professionnels.

 

Au JO CAP

Au JO Bac pro

Au CSE